Apprendre à être heureux

En s’appuyant sur les dernières avancées des sciences neurologiques, Stefan Klein propose une méthode originale et pratique pour nous aider à vivre et à combattre les émotions négatives qui peuvent envahir notre quotidien. La clé est de développer avant tout les sensations de plaisir. Et c’est possible, car le bonheur s’apprend, au même titre que la lecture, le langage ou la cuisine.Comment fonctionnent nos désirs? Quels mécanismes neurologiques entrent en jeu pour nous rendre heureux? Sommes-nous si différents des animaux? La sagesse et la science sont-elles compatibles? Le corps et le cerveau sont-ils nos meilleurs alliés? Stefan Klein dévoile les secrets de la psychologie et de la neurologie au coeur même du mystère de la vie, illustrant son propos de nombreux exemples tirés de l’expérimentation scientifique, de l’histoire, des cultures orientales, de la sociologie, de la religion…Best-seller en Allemagne, “Apprendre à être heureux”, déjà vendu dans 14 pays, est promis à un grand avenir mondial. Dans la veine de “Guérir” et de “Vivre”, Stefan Klein nous convainc de ne jamais renoncer au bonheur et remet en question bien des idées reçues sur notre société et nos modes de vie. Stefan Klein

> Lire la suite

Une enfant de trop

Véronique Wycke : après des études de psychothérapie et un diplôme d’état d’assistant socio-éducatif, Elle devient Analyste Transactionnelle Certifiée. À travers son témoignage, elle traite d’un sujet complexe, l’inceste maternel, sujet tabou et trop souvent méconnu.Son livre sensibilise les victimes et les professionnels de santé à l’accompagnement psychothérapeutique et ouvre des pistes de traitement vers le chemin de la guérison.

> Lire la suite

Voir tous les livres

« On est sidéré » : Emmanuel, 54 ans, raconte comment sa mère incestueuse a bouleversé sa vie

« Il y a une emprise de la mère. (…) On est sidéré, on se décompose. On se voit comme une poupée de chiffon qui se laisse faire. Et puis après, on culpabilise. Longtemps, je n’ai pas parlé car j’étais un homme. Ç’aurait été un signe de vulnérabilité, de faiblesse ».

> Lire la suite

Pourquoi les meurtres d’enfants sont-ils majoritairement commis par des femmes?

CRIMINOLOGIE Selon une étude de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), publiée ce mercredi, 70 % des condamnations pour homicide sur mineur de moins de 15 ans sont des femmes…

> Lire la suite

Est-il vrai qu’en France un homme meurt tous les treize jours sous les coups de sa conjointe ?

Cette statistique, citée par la députée LREM Claire O’Petit, est exacte. Mais elle n’est pas forcément un indicateur pertinent pour illustrer le phénomène des hommes battus ou maltraités.

> Lire la suite

Santé mentale: les hommes plus à risque après une rupture amoureuse

Les hommes sont plus à risque de développer des problèmes de santé mentale après une rupture amoureuse, selon une récente étude. La recherche, menée par des chercheurs de l’Université de la Colombie-Britannique, tend à montrer que la rupture amoureuse pourrait être un facteur de risque de suicide. Anxiété, dépression et suicide sont tous des troubles mentaux qui pourraient frapper un homme au terme d’une relation amoureuse. Pour John Oliffe, auteur principal de l’étude, il n’est pas surprenant que les ruptures aient de grands impacts chez les hommes. «Si nous pensons à la prévention du suicide et sachant que les suicides chez les hommes sont trois à quatre fois plus élevés que chez les femmes, il est évident que les ruptures amoureuses les mettent à risque», a-t-il précisé. Au total, ce sont 47 hommes canadiens et australiens qui ont participé à cette étude. Plus de 95% d’entre eux ont avoué avoir souffert d’anxiété, de dépression ou d’idées suicidaires pendant et après leur échec amoureux. L’étude a aussi prouvé que lorsqu’ils sont aux prises avec des conflits, les hommes ont tendance à minimiser les problèmes, provoquant une rupture plus douloureuse. On remarque aussi qu’il est fréquent, chez les hommes, de noyer leur chagrin à l’aide de substances comme l’alcool, une situation qui a empiré avec la pandémie de COVID-19 et l’isolation causée par les confinements. Selon un psychothérapeute établi à Ottawa, Sean Hale, ces résultats ne sont guère surprenants. «Les hommes avec qui je travaille, souvent, ils ne parlent pas de leurs émotions», a-t-il expliqué en entrevue avec Global News. «Lors d’une rupture, si [on] ressent ces émotions et [qu’on] ne peut les [exprimer], elles peuvent mener à ces sentiments de dépression», a expliqué M. Hale. Bien que certains aillent chercher de l’aide, il demeure essentiel que les hommes aient la possibilité de communiquer et de faire face à leurs sentiments dans l’intimité avec une personne de confiance, estime John Oliffe. Agence QMI Dimanche, 13 février 2022 https://www.journaldemontreal.com/2022/02/13/sante-mentale-les-hommes-plus-a-risque-apres-une-rupture-amoureuse-1?utm_source=Cyberimpact&utm_medium=email&utm_campaign=Revue-de-presse—15-fevrier-2022

> Lire la suite

Voir toutes les actualités

Elle n’avait pas le droit

Mes parents avaient toujours désiré une fille, et je suis arrivée sur le tard, 17 ans après mon frère aîné. Ils avaient 40 ans. J’étais un bébé très souriant, dynamique. Puis j’ai grandi, seule enfant de la maison.

> Lire la suite

Une banale histoire d’amour fin des années 70.

Je n’ai jamais entendu ma mère appeler les membres de sa belle-famille (avec qui elle refusait toute relation très vite) que par d’aimables noms d’oiseaux: “l’autre pute”, “l’autre salope”, “l’autre alcoolique”. Même un petit bébé, mon cousin, a été affublé d’un “le petit bâtard” parce que ses parents se sont mariés la grossesse déjà enclenchée.

> Lire la suite

Témoignage un peu long mais qui me permet une nouvelle fois de faire le bilan

J’ai donc vécu 64 ans sans me rendre compte de rien. C’est ma jeune compagne des Philippines qui m’a fait prendre conscience que j’étais en présence d’une mère qui ne me protégeait nullement.”Tu ne te rendras compte de rien” était le véritable titre en allemande d’un des ouvrages d’Alice Miller, un québécois régulièrement battu par un frère religieux, car trop intelligent, risquant de devenir orgueilleux, de m’en faire état par mail alors que j’étais aux Philippines, amorce donc pour moi du renouveau.

> Lire la suite

Inceste maternel : 18 ans d’amnésie, 10 ans pour retrouver la mémoire

Je suis victime d’inceste, et mon agresseur, c’est ma mère. Récit d’une lutte contre le silence, contre sa violence et ses ravages. Récit d’une lutte au nom de la vie.

> Lire la suite

Témoignage

“Nous avons connu dernièrement le cas d’un conjoint qui, en réponse aux multiples coups que lui portait son épouse presque quotidiennement, lui a un jour asséné un unique mais violent coup de poing à l’œil alors qu’il se trouvait une nouvelle fois accablé de coups dans leur cuisine.

> Lire la suite

LES FEMMES AUTEURES D’AGRESSION SEXUELLE – Docteur Jean-Louis THOMAS – Assises 2019

VIOLENCE SEXUELLE DES FEMMES : UN TABOU SOCIAL
• La violence sexuelle des femmes a été longtemps considérée contre nature, comme étant le fait de femmes anormales, malades, masculines.
• L’admettre c’est toucher à l’image de la mère aimante,protectrice et nourricière.
• Dans l’inconscient collectif, la sexualité féminine est considérée comme passive et on a du mal à imaginer qu’elle peut être agressive.
• Les attitudes transgressives des femmes pédophiles commencent par une proximité avec l’enfant lors des soins du corps, du gardiennage, des attitudes jugées inoffensives.
• Il est difficile de concevoir qu’un femme, une mère puisse avoir des obsessions sexuelles et convoiter un enfant pour son propre plaisir

> Lire la suite

La haine des femmes (suite)

Quand au respect de parents qui restent dans le déni, il me semble mal placé, c’est soi-même que chacun doit respecter en premier ; respecter son tortionnaire, c’est l’encourager à continuer et peut-être même à monter en puissance ?Idem pour les gouvernants…

> Lire la suite

La haine des femmes

J’ai donc baigné dans cette « haine des femmes » depuis ma naissance, et même un mois avant, si j’en crois la « légende familiale » selon la quelle mon grand-père maternel, 15 jours avant sa mort, aurait demandé « comment va la petite fille ? »Je suis née 15 jours en avance, 15 jours après son décès.Est-ce pour cela que je me suis toujours sentie « en marge » ? Je ne pouvais accepter que la vie soit comme je la percevais au travers du prisme familial : froide, étriquée, semée d’obligations non justifiées (et à mes yeux injustifiables)…J’ai été tentée par la haine, moi aussi, quand j’étais désespérée, j’aurais bien voulu être « une vraie salope », mais je n’ai jamais réussi ! Du moins pas assez à mes yeux !

> Lire la suite

Témoignage de Romain

J’ai fuis très tôt l univers familial pour m investir dans le sport que je pratique passionnément depuis maintenant 35 ans . Pendant longtemps , je n ai pas compris pourquoi j accumulais des conduites d évitement avec ma mère . Je me forçais à voir mes parents par principe , mais à chaque fois j étais anéanti . Depuis maintenant qq années , j ai compris que j avais été victime de maltraitance psychologique , mais aussi d attouchements physiques par ma mère . Encore ces 2 dernières semaines , elle a caressé l intérieur de ma cuisse et aussi violé mon intimité en me regardant uriner alors que je m étais caché des regards en avertissant : je lui ai dis que son attitude n était pas normal , mais absence de critique de sa part . Mon Grand Frère , s est réfugié dans un monastère après avoir été démoli par notre mère . De mon côté , je suis infirmier dans le domaine psy  car très sensibilisé par ce secteur vue mon passé familiale . Je vis seule avec mes chevaux : le cheval est un animal de fuite sans de capacité à manipuler , sans perversion possible . J ai la chance d avoir mes chevaux qui m ont permis d accéder à un niveau élevé de ma discipline équestre , ce qui me valorise. Mes chevaux sont ma famille . J ai vécu que des échecs dans ma vie sentimentale avec les femmes , je ne dois pas être fais pour la vie de couple , sûrement en lien avec mon enfance . J aimerais vous aider et vous promouvoir : c est tellement important pour les victimes de lire vos écrits .  Dites moi comment …

> Lire la suite

INCESTE, LES MERES COMPLICES?

Rien n’est plus complexe que la réaction d’une mère lorsqu’il y a inceste dans la famille, explique le psychologue Charles Roy. Elle peut aider sa fille, la rejeter, nier l’abus ou collaborer avec l’agresseur.
Lorsque Cécile Dionne, l’une des trois jumelles Dionne encore vivantes, a dévoilé à la télévision que ses soeurs et elle avaient été «taponnées» par leur père à l’adolescence, la question a fusé,

directe: «Votre mère le savait-elle?» lui a-t-on demandé. «Les mères le savent toujours», a répondu Cécile, le regard lourd de reproches.

> Lire la suite

Voir tous les Témoignages