Violence féminine

Violence féminine

Pourquoi ce site sur la violence féminine ? La violence féminine se heurte à un tabou. On parle peu de la sexualité de la femme. Une femme ne peut qu’être protectrice, maternante et ceci est fortement ancrée dans tous les esprits.  De plus, il est impensable qu’une mère utilise son enfant comme objet sexuel, ou de chantage, ou de manipulation. Mais la violence sous toutes ses formes, n’a pas de sexe. Un progrès aujourd’hui s’impose. Il est nécessaire de participer à briser le mur du silence, de permettre aux victimes de ne plus se sentir seules, et de trouver des débuts de réponse. La reconnaissance de la violence féminine est un passage obligé vers une plus grande responsabilité sociale. Ainsi, cette source d’un plus grand respect pourra faire reculer les souffrances que toute violence engendre. Il ne s’agit pas de diaboliser les femmes ou les mères, plus que les hommes ou les pères. En fait, ni les hommes ni les femmes n’ont le monopole de pouvoir basculer un jour dans la violence et la monstruosité. Il est nécessaire de parler de la violence subit par les femmes. Mais il est temps aujourd’hui, pour aider les enfants à se construire, de parler de ces formes de violences qui sont tues.  Les souffrances sont grandes d’autant plus qu’elles sont tues. Le silence est broyant et rajoute un poids supplémentaire à toute tentative de démarche de reconstruction.

Le tabou des violences faites par les femmes est  présent. On ne peut imaginer les femmes capables de faire du mal. Il y est opposé la moindre force physique, la fonction maternelle, la sacro-sainte image de la mère qui donne la vie, qui nourrit et soigne, cette image est incompatible avec la cogneuse, la meurtrière, ou la maltraitante. Cela se vérifie par les différences de traitement des infanticides, des maltraitances, des coups, des viols.
Le maternage peut être l’occasion de rapprochement lors des fantasmes de la mère, que ce soit par le thermomètre pour vérifier avec excès la température, les suppositoires. Ces abus, de mêler son enfant à sa sexualité, laissent des traces, et surtout, entraînent l’enfant dans la folie, il se met à douter de ses ressentis et préfère les enfermer, n’ayant pas d’appui. Adulte, il préférera penser qu’il a imaginé, ou qu’il est fou, plutôt que de revivre ses scènes et de remettre en cause un simili d’équilibre. Ainsi, accepter de remettre en cause ces actes, c’est ouvrir une porte à la reconstruction, modifier les fondements sur lesquels la mère a essayé d’enfermer l’enfant en profitant de cette proximité pour en faire son objet.

> En savoir plus sur la violence féminine

Santé mentale: les hommes plus à risque après une rupture amoureuse

Les hommes sont plus à risque de développer des problèmes de santé mentale après une rupture amoureuse, selon une récente étude. La recherche, menée par des chercheurs de l’Université de la Colombie-Britannique, tend à montrer que la rupture amoureuse pourrait être un facteur de risque de suicide. Anxiété, dépression et suicide sont tous des troubles mentaux qui pourraient frapper un homme au terme d’une relation amoureuse. Pour John Oliffe, auteur principal de l’étude, il n’est pas surprenant que les ruptures aient de grands impacts chez les hommes. «Si nous pensons à la prévention du suicide et sachant que les suicides chez les hommes sont trois à quatre fois plus élevés que chez les femmes, il est évident que les ruptures amoureuses les mettent à risque», a-t-il précisé. Au total, ce sont 47 hommes canadiens et australiens qui ont participé à cette étude. Plus de 95% d’entre eux ont avoué avoir souffert d’anxiété, de dépression ou d’idées suicidaires pendant et après leur échec amoureux. L’étude a aussi prouvé que lorsqu’ils sont aux prises avec des conflits, les hommes ont tendance à minimiser les problèmes, provoquant une rupture plus douloureuse. On remarque aussi qu’il est fréquent, chez les hommes, de noyer leur chagrin à l’aide de substances comme l’alcool, une situation qui a empiré avec la pandémie de COVID-19 et l’isolation causée par les confinements. Selon un psychothérapeute établi à Ottawa, Sean Hale, ces résultats ne sont guère surprenants. «Les hommes avec qui je travaille, souvent, ils ne parlent pas de leurs émotions», a-t-il expliqué en entrevue avec Global News. «Lors d’une rupture, si [on] ressent ces émotions et [qu’on] ne peut les [exprimer], elles peuvent mener à ces sentiments de dépression», a expliqué M. Hale. Bien que certains aillent chercher de l’aide, il demeure essentiel que les hommes aient la possibilité de communiquer et de faire face à leurs sentiments dans l’intimité avec une personne de confiance, estime John Oliffe. Agence QMI Dimanche, 13 février 2022 https://www.journaldemontreal.com/2022/02/13/sante-mentale-les-hommes-plus-a-risque-apres-une-rupture-amoureuse-1?utm_source=Cyberimpact&utm_medium=email&utm_campaign=Revue-de-presse—15-fevrier-2022

> Lire la suite

La violence sexuelle féminine, six fois plus répandue qu’on le croit…

Franca Cortoni ne se fera pas des amies parmi les groupes féministes. La chercheuse et psychologue spécialisée en agressions sexuelles de l’école de criminologie de l’université de Montréal vient de lancer une véritable attaque frontale contre l’angélisme doctrinaire qui présente inlassablement les femmes comme des êtres inoffensifs à jamais voués au statut d’éternelles victimes des turpitudes sexuelles masculines.

> Lire la suite

Périgueux : condamnée plusieurs fois pour violences conjugales, une femme jugée pour meurtre

Le 12 septembre 2018, Thierry Bardoulat meurt, la gorge tranchée, après une dispute avec sa compagne à son domicile. Déjà connue pour des faits de violences, celle-ci nie cependant l’intention homicide. Condamnée en première instance à 24 ans de prison, elle fera de nouveau face aux jurés cette semaine.

> Lire la suite

L’arme du soupçon d’inceste

Un inquiétant phénomène semble gagner les prétoires français: des centaines de pères se voient accuser, parfois à tort, du pire des crimes. Certains y perdent leur emploi, leur honneur et l’amour de leurs enfants. Histoires vécues
Selon les spécialistes, les cas d’allégations mensongères présentent presque tous les mêmes caractéristiques: ils concernent des enfants très jeunes, généralement de 2 à 5 ans, sur lesquels on ne retrouve aucun signe physique d’agression, qui ont déjà fait l’objet de conflits violents sur le droit de visite dans lesquels les grands-parents prennent souvent une part active.

> Lire la suite

Le dangereux poids de l’ITT dans le procès pénal.

En l’absence de preuves irréfutables, les juges s’appuient généralement sur le fameux « faisceau d’indices » pour déterminer la culpabilité du prévenu.

> Lire la suite

Voir toutes les actualités

Voulez-vous contribuer à ce site?

Vous avez des expériences personnelles, des témoignages, des articles, des vidéos à partager, vous pouvez nous contacter

Je suis victime d’inceste, et mon agresseur, c’est ma mère. Récit d’une lutte contre le silence, contre sa violence et ses ravages. Récit d’une lutte au nom de la vie.

> Lire la suite

“Nous avons connu dernièrement le cas d’un conjoint qui, en réponse aux multiples coups que lui portait son épouse presque quotidiennement, lui a un jour asséné un unique mais violent coup de poing à l’œil alors qu’il se trouvait une nouvelle fois accablé de coups dans leur cuisine.

> Lire la suite

VIOLENCE SEXUELLE DES FEMMES : UN TABOU SOCIAL
• La violence sexuelle des femmes a été longtemps considérée contre nature, comme étant le fait de femmes anormales, malades, masculines.
• L’admettre c’est toucher à l’image de la mère aimante,protectrice et nourricière.
• Dans l’inconscient collectif, la sexualité féminine est considérée comme passive et on a du mal à imaginer qu’elle peut être agressive.
• Les attitudes transgressives des femmes pédophiles commencent par une proximité avec l’enfant lors des soins du corps, du gardiennage, des attitudes jugées inoffensives.
• Il est difficile de concevoir qu’un femme, une mère puisse avoir des obsessions sexuelles et convoiter un enfant pour son propre plaisir

> Lire la suite

Quand au respect de parents qui restent dans le déni, il me semble mal placé, c’est soi-même que chacun doit respecter en premier ; respecter son tortionnaire, c’est l’encourager à continuer et peut-être même à monter en puissance ?Idem pour les gouvernants…

> Lire la suite

Laisser nous votre Témoignage

Voir tous les Témoignages

“Historiquement les femmes ont bénéficié d’indulgence en raison de leur supposée «émotivité et de leur affectivité» et donc de mansuétude lors des procès du fait de ces soi-disant faiblesses intrinsèques. La perception de la femme en tant que mère protectrice, consolatrice et bienveillante, qui protège et aime, fausse donc parfois, ou a faussé, le regard social.”

> Lire la suite

Résultat d’une enquête approfondie, Ça arrive aussi aux garçons retrace les questions existentielles et les phases critiques que traversent les victimes masculines d’abus sexuels. Il décrit aussi les stratégies qu’elles adoptent pour préserver leur sentiment d’intégrité et de masculinité. Il propose des moyens d’aide et de prévention. Mieux comprendre les séquelles d’abus sexuel chez les garçons qui en ont été victimes.La réédition de cet essai important, devenu une référence incontournable pour ceux et celles qui cherchent à comprendre les séquelles ressenties par les victimes masculines d’agressions sexuelles. Lors de sa parution en 1997, ce livre n’avait pourtant reçu aucun écho dans les médias, le sujet des abus sexuels sur des garçons étant alors perçu comme trop sensible, voire tabou. Mieux comprendre les séquelles d’abus sexuel chez les garçons qui en ont été victimes. La réédition de cet essai important, devenu une référence incontournable pour ceux et celles qui cherchent à comprendre les séquelles ressenties par les victimes masculines d’agressions sexuelles. Lors de sa parution en 1997, ce livre n’avait pourtant reçu aucun écho dans les médias, le sujet des abus sexuels sur des garçons étant alors perçu comme trop sensible, voire tabou. Avec cet ouvrage, toujours novateur puisqu’il n’existe encore que très peu d’études traitant de ce sujet, Michel Dorais aborde les questions existentielles que se posent ces garçons et les phases critiques qu’ils traversent. Il nous révèle les stratégies qu’adoptent les victimes pour tenter de préserver leur intégrité et leur masculinité. Enfin, il propose des moyens d’aide et de prévention. Michel Dorais nous décrit, entre autres, les différents types d’agresseurs, les différents types d’abus, leurs conséquences sur les victimes et comment celles-ci composent avec leurs traumatismes. Au début de chaque chapitre, pour bien mettre en contexte les explications et considérations qui suivent, l’auteur présente les récits des victimes qu’il a recueillis au cours de son enquête. https://livre.fnac.com/a2236453/Michel-Dorais-Ca-arrive-aussi-aux-garcons-L-abus-sexuel-au-masculin

> Lire la suite

Voir tous les livres